Prévention - Dépistage

La prévention, le dépistage et l’éducation qu’elle soit à la santé ou thérapeutique sont des éléments essentiels dans le parcours de vie des individus et désormais dans les politiques publiques de santé. En effet, avec le plan national priorité prévention (voir dans documentation) c’est un changement de paradigme qui s’annonce : d’un système de soins centré sur le curatif à un système de santé qui donne toute sa place au préventif y compris dans le cadre du bien vieillir.

C’est en 1986 avec la charte d’Ottawa que les états se sont engagés auprès de l’OMS à mener des politiques de promotion de la santé. Celles-ci s’intéressent principalement aux actions sur les déterminants de santé (voir schéma) des populations.

L’éducation pour la santé des individus quant à elle a pour objectif de modifier les comportements des individus et de diminuer les facteurs de risque sur la santé. De nombreuses actions en direction des jeunes retraités sont organisées notamment par les caisses de retraite et de prévoyance afin de permettre de diffuser ces messages qui peuvent limiter ou retarder la survenue de problème de santé.

La prévention ou les préventions ?

Souvent lorsqu’on évoque la prévention pour les personnes âgées on parle de prévention du risque de chute, de la dénutrition, ou encore pour le dépistage il s’agit de dépister les pertes d’audition ou la fragilité… Cependant malgré l’avancée en âge et les spécificités évoquées concernant cette population cible, il est réducteur de ne pas considérer l’ensemble du champ des préventions en y incluant des actions spécifiques.

La prévention a pour objectif d’anticiper l’apparition ou l’aggravation des altérations de la santé, à ses différents niveaux :

  • La prévention primaire qui intervient avant la survenue de toute pathologie. Elle concerne par exemple les campagnes de vaccination antigrippale.
  • La prévention secondaire qui s’intéresse aux questions de dépistage notamment dans le cadre des maladies chroniques.
  • La prévention tertiaire qui va s’attacher à la restauration de la qualité de vie, à la limitation des risques de rechute ou l’apparition de nouvelles pathologies ; et dans laquelle va intervenir l’éducation thérapeutique dans le cadre des maladies chroniques.

Education thérapeutique

« Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. » Benjamin Franklin

L’éducation thérapeutique du patient vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont il a besoin pour mieux vivre sa vie avec une maladie chronique.

Le sujet qui se voit proposer de participer à des séances d’éducation thérapeutique doit présenter des capacités d’apprentissage, les troubles cognitifs peuvent donc être un frein, mais n’empêchent pas l’aidant de bénéficier des séances.

Hormis les effets immédiats de la maladie ou des traitements, l’ETP doit également s’intéresser aux capacités psychosociales du patient.

 

DOCUMENTATION - PREVENTION - DEPISTAGE

Recommandations pour la bonne pratique clinique sous la forme d’une fiche de synthèse reprenant les points clés pour le repérage des risques et un arbre décisionnel pour les modes d’intervention - 2005 - HAS et société française de documentation et de recherche en médecine...

Brochure qui reprend les principaux conseils pour bien manger, bien bouger, penser à soi et être acteur de sa santé à destination des seniors - Santé publique France et les caisses de retraites

Fiche organisation des parcours de la HAS qui revient sur les modalités des programme d’ETP destinés à la prévention des chutes - 2014 - HAS